« Lis bien cet avertissement. »

Vous êtes ici sur un forum de type Maturei interdit aux moins de 18 ans.

Nous ne pouvons pas vous empêcher de vous inscrire si vous êtes mineurs et même le vérifier mais vous ne pourrez pas nous tenir responsable du contenu à caractère choquant que vous pourrez trouver ici. Si vous êtes mineur, passez votre chemin. Auquel cas, nous ne serons tenus responsables des éventuels problèmes sachant que nous vous avons prévenu.


<br />Bienvenue à vous nouveaux membres, Ce forum ne prend en compte que les Avatars d'acteur, mannequins ect... Il n'y a pas de nombres de lignes imposées venez vous amuser ❤️ De nombreux personnages sont encore disponibles. Bon jeu à vous ❤️ Pour toutes questions n'hésitez pas à me Mp sous Lois Lana-Kent

Cordialement,





 
Avant de vous inscrire, pensez à vérifier
que le personnage DC souhaité est libre avec ce bottin
Un recensement a lieu jusqu'au 24/08/2018
Pensez à vous recenser!
anipassion.com

Marcus Owens ~ I have you but you don't know it

 :: Administration :: Accueil :: Présentations Validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Marcus Owens
Messages : 40
MessageSujet: Marcus Owens ~ I have you but you don't know it Jeu 28 Juin - 19:54
Âge : 27 ans
Groupe : Gang In The Dark
Profession / études : Officiellement sans emploi / Officieusement revendeur de drogue en gros et dirigeant d’une secte
Etat civil : Célibataire
Situation financière : Aisé
MARCUS OWENS
ft. Andy Biersack
Ingénieux
Brutal
Avenant
Vicieux
Sans-gêne
Magnétique
Rieur
Arrogant
Protecteur
Possessif
Carnation : Blanc
Taille : 1m93
Corpulence : fin
Cheveux : noirs
Yeux : Bleus
Signe(s) distinctif(s) : Divers tatouages sur tout le corps, un piercing labial, et une morsure de chat au poignet gauche qui semble ne jamais cicatriser mais ne jamais saigner.

HISTOIRE

Normalement, je suis un type bien. J’ai eu une vie normale, même agréable, ou du moins au début, je n’ai rien eu de spécial, études classiques, pas bon élève, pas mauvais élève, quelqu’un de gentil, assez tourné vers les autres. C’est bien là le problème… comprenez bien : je n’ai jamais regretté d’avoir aidé ceux qui se trouvaient sur mon chemin… jusqu’à ma « maturité », entendez par là que je venais d’avoir vingt ans lorsque tout bascula… mais j’y redeviendrai plus tard. Je grandissais bien, avec ma sœur jumelle, Lullaby. Nous étions assez fusionnels, inséparables et nos premières années conscientes de vie à deux ne faisaient que le confirmer, jusqu’à ce que tout finisse dans les flammes, la mort, et le sang. Enfin, c’était ce que je me disais.
Tout disparu dans un éclat de fumée. Je me trouvais à la cave, je ne me souvenais plus de quelle bêtise je faisais encore, mais c’était sans doute quelque chose de peu glorieux. J’entendis des cris, et je ne remontais pas. Je restais en bas. Il y avait trop de bruits effrayants, et je me pelotonnais au fond de la cave, entre deux rangées de bouteilles de vin. Je ne savais pas combien de temps je passais ici.  Suffisamment de temps apparemment, puisque je mangeais sur place un des saucissons pendus contre le mur. Mais je finis, bien plus tard, par me mettre à hurler. En effet, la trappe était bloquée. Et je hurlais, hurlais, et des gens finirent par me sortir. La maison avait brulé, et des décombres gardaient fermée la cave… on m’en extrayait et je me trouvais alors pris en charge par des services sociaux qui me trimballèrent de foyer d’accueil en foyer d’accueil, pendant une dizaine d’années. Comme persuadé que de la famille allait me retrouver, je faisais toujours en sorte de ne pas rester trop longtemps au même endroit. Et à peine majeur, on me flanquait dehors et je commençais de petits boulots.
Ce fut là ma chance… car je fus seul quand mes dons s’éveillèrent. Et je ne blessais personne de « proche, dans un premier temps.

Mes dons s’éveillèrent. Et rien ne fut plus déplaisant… ça ne se fit pas d’un seul coup, non, mais ce fut à partir de mon vingtième anniversaire, mes amis commencèrent à se comporter bizarrement, commencèrent à se mettre à avoir besoin de ma compagnie, littéralement, et m’éloigner provoquait de violentes crises. Comme des crises de manque. Oh, pas chez moi bien sûr, mais chez les autres… je me mettais alors à éviter les contacts… c’était déjà violent juste à être à proximité, alors quand je touchais la personne, c’était pire, presque immédiat… c’était terrible… je ne pouvais pas m’approcher des gens, aussi, je fichais le camp, je m’en allais, changeais de ville, changeais de nom, pour avoir la paix, ne gardant que mon prénom, pour que ce soit plus pratique, m’installant à Gotham, faisant des petits boulots, restant rarement très longtemps dans un job pour éviter les ennuis liés à mon pouvoir. J’avais besoin de blé pour vivre, alors, pour pouvoir éviter les emmerdes, j’essayais de vendre un peu de drogue, un peu de meth, un peu de cocaïne, un peu de marijuana… rien de bien transcendantal… juste de quoi vivre tranquille sans trop me mêler aux gens biens – ça m’aurait fait chier quand même de faire du mal aux gens biens en ayant un travail normal…

Nouveau bouleversement. Un soir je rentrais alors – je jouais les gardiens de nuit pour un groupe peu recommandable dont je tairais le nom, pendant un transfert de produits illicites quand je fus attiré par des miaulements très aigus. Un chat noir dans une poubelle… je le récupérais au fond de la poubelle. Il était noir, à poil ras… mais… mais ce n’était pas un noir normal… on aurait dit qu’il « absorbait » la lumière alentour. Comme s’il ne pouvait exister d’autres ténèbres et que les lumières n’étaient pas assez fortes. Il aurait été fait d’ombre que cela ne m’aurait pas étonné… je le prenais et le ramenais chez moi… il était famélique et dévora tout ce qu’il put avant de s’endormir… et je fus réveillé dans mon sommeil par le chat qui avait saisi mon poignet et mordait dedans à pleine dent. Je hurlais de douleur et tentais de le décrocher… mais rien à faire…. C’est alors que je sentis La Présence pour la première fois. Les yeux du chat se mirent à briller légèrement et j’entendais alors cet esprit dévastateur, ravageur, dans ma tête. Enfin non, entendis n’était pas le mot… parce que ce n’étaient pas des mots. C’étaient toujours des images des impressions des sensations… comme si je vivais des choses sans les avoir vécus… et je me sentis… changer… pas dans ma forme, mais je sentais que la Présence touchait à ce que j’étais au fond de moi… puis, je m’évanouissais.

Quand je revenais à moi, lez choses avaient changées, je savais ce que je devais faire, je savais ce que je pouvais faire, je savais comment le faire. La Présence m’avait « appris ». Mon don n’était pas un problème, c’était une fonction… Je me devais de m’y appliquer, en me rendant indispensable de partout, jusqu’à prendre une place importante dans la vente de drogue au sein de Gotham… voilà. Avec les fonds, je commençais à recruter et à équiper, lentement, une sorte de culte à un esprit, que je soupçonnais d’être la Présence :  Shaahr-dûhn, une sorte de divinité féline dont j’étais le principal représentant sur cette terre… ma simple présence garantissait peu à peu la venue des fidèles. Et petit à petit, le groupe prend de l’importance. Le Culte grandit.

Aujourd’hui, je règne sur deux choses :  les fidèles, accrocs à ma présence, vénérant Shaahr-dûhn et remerciant cette divinité à tête de chat et aux ailes de chauve-souris pour les bienfaits que je prodiguais en son nom, et en parallèle, je dirigeais tout un petit réseau de dealers pour remplir les fonds de la secte. Nous sommes bien partis.

Seulement parfois… parfois je me dégoute. Parfois, je me souviens de qui j’étais avant… comme si la Présence faiblissait…. Et alors je me sens… je me sens horrible… j’en aurai presque pleuré de certaines choses que je dis ou fais… mais ça ne dure jamais très longtemps. La Présence s’impose toujours plus puissante après… comme si j’avais eu tort de me dérober. Comme si l’agneau que j’étais n’avait pas à reprendre le dessus sur le monstre… et quand la présence revient… je me sens… je me sens bien… je méprise mes faiblesses passagères… je n’ai pas peur de mon Don ainsi…je l’utilise.



POUVOIRS
Pouvoirs propres
- Drogue pour son entourage => Crée une dépendance des autres vis-à-vis de lui avec une augmentation de la virulence selon la distance et/ou le contact physique plus ou moins prolongé. La portée est généralement d’une cinquantaine de mètres avec un effet dégressif (plus ou s’éloigne, plus c’est « léger »).
- Absorption de drogues => Elles ne le rendent pas dépendant et n’ont aucun effet mais il les métabolise de manière à augmenter ses capacités physiques comme l’acuité de ses sens.
Pouvoirs offerts
Quand le chat est de bonne humeur ou que cela sert ses intérêts, il dispose de capacités supplémentaires.
- Aura de persuasion => Il peut alors persuader les autres de l’écouter, et dans une certaine mesure les rend plus perméables à la suggestion, mais il ne peut les forcer ou les contraindre à lui obéir par ce biais.
- Génération de drogue => Il peut créer à partir du néant une jolie petite poudre noire ayant le même effet que s’il se trouvait près de la personne qui l’ingère ou la respire.


Pseudonyme : L’autre chieur
Âge : Vioque
Commentaire : Beuargh
avatar
Lullaby Moxley
Messages : 129
Age : 27
Localisation : Gotham City
Emploi/loisirs : Assassin
Humeur : Massacrante
MessageSujet: Re: Marcus Owens ~ I have you but you don't know it Ven 29 Juin - 14:20
Je te valide jumeau <3


I'M THE DARKNESS PRINCESS, B*TCH
To see a World in a Grain of Sand. And a Heaven in a Wild Flower. Hold Infinity in the palm of your hand. And Eternity in an hour. ©️ okinnel.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Administration :: Accueil :: Présentations Validées-
Sauter vers: